Bremblens

un village jeune où il fait bon vivre et où on ne va que si on veut y aller…
Premier village agricole, viticole et maraîcher situé en dehors du périmètre des agglomérations Lausanne-Morges et de l’Ouest lausannois, Bremblens ne se situe sur aucun axe principal: on n’y arrive donc jamais par hasard! 30% de la population y a moins de 18 ans.

Coupé d’argent à l’aigle de gueules, et de gueules à la fasce ondée d’argent.
Au commencement du XIIIe siècle, le village appartenait à l’archevêque de Besançon, qui en fit don aux chanoines de Saint-Jean de Besançon. Ceux-ci le revendirent à Jean de Cossonay, évêque de Lausanne. A l’époque bernoise, Bremblens fit partie de la seigneurerie d’Aclens, acquise en 1675 par la ville de Morges. Les armoiries, créées en 1927, sont une brisure de celles de Morges. L’aigle, attribut de Saint-Jean, perpétue le souvenir des anciens chanoines de Besançon.

Bienvenue à Bremblens!
Bien que situé à quelques kilomètres du centre de Morges et des centres commerciaux de l’Ouest lausannois, le village de Bremblens a la particularité de ne se trouver sur aucun axe principal. Dès lors, on n’y passe pas par hasard et si l’on y arrive, c’est que l’on cherche à s’y rendre!

Situé sur un plateau à environ 475 m d’altitude, Bremblens domine la plaine maraîchère de Lonay située au sud de la commune. Des coteaux viticoles de Millerit coule le Flon qui alimente l’étang de la réserve naturelle du Bomelet à Lonay. Ce petit cours d’eau se jette dans le Léman quelques kilomètres plus loin sous le nom de Bief.

A l’ouest, on aperçoit les coteaux viticoles d’Echichens. Au nord, la commune est délimitée par le ruisseau Arena qui prend «des allures de Colorado» à la limite avec Romanel-sur-Morges avant de se jeter dans la Venoge et tracer la frontière avec Aclens en bordure des zones industrielles du Moulin-du-Choc et de La Plaine. A l’est, les bois de Pèlèria surplombent la Venoge qui marque la séparation avec la commune de Bussigny et le district de l’Ouest lausannois. Le Bois Gondou trace la limite avec la commune d’Echandens à proximité des terrains de football bien connus dans la région et du stand de tir des Effoliez.

Limitrophe de 6 communes, dont trois font partie de l’agglomération Lausanne-Morges, Bremblens constitue donc la première commune rurale – où la dernière selon le point de vue – que l’on traverse quand on se rend de Morges à Cossonay par la route cantonale. De celle-ci, on aperçoit le village au loin, sur les hauteurs, sans pour autant le traverser. On longe toutefois les serres et les installations de production d’une des trois importantes entreprises maraîchères que compte la commune et la zone artisanale des Corbes réputée pour ses garages automobiles (dont l’un est en fait situé sur le territoire de la commune voisine de Romanel-sur-Morges) et un grand magasin de sport connu loin à la ronde par les amateurs de sports d’hiver.

Bremblens est donc un joli village, calme, où il fait bon vivre. Bien que situé en dehors des axes principaux, il se trouve toutefois à 4 kilomètres à vol d’oiseau du centre de Morges et à 10 de celui de Lausanne. Cette position privilégiée, loin du tumulte de la ville mais près de celle-ci, en fait une commune attractive pour les familles. La population y a pratiquement doublé ces trente dernières années pour atteindre 606 habitants, dont 30% sont des jeunes de moins de 18 ans!

Bref historique
Le village de Bremblens trouve probablement ses origines tôt après les invasions burgondes dans la seconde moitié du Ve siècle. Mentionné dans des écrits sous le nom de Berblens en 1177 et 1228, le nom de Bremblens apparaît toutefois déjà sous sa graphie actuelle dès 1211. Il s’agirait d’un nom d’origine burgonde comme le laisse supposer sa finale en -ens. Ce nom dériverait d´un primitif Berbledens ou Beribaldingos «chez les Beribaldingi», dérivé du nom propre Beribald ou Brimwald, «hardi comme l’ours».

Quelques traces de l’époque romaine auraient été retrouvées sur le territoire de la commune, ce qui laisse penser que Bremblens faisait primitivement partie de la villa Romanella qui appartenait aux chanoines de Saint-Etienne de Besançon en 967, puis à l’archevêque de Besançon en 1120. En 1221, l’archevêque Gérard de Rougemont la donna aux chanoines de Saint-Jean de Besançon auxquels l’évêque de Lausanne, Jean de Cossonay, la racheta en 1246. L’abbaye du Lac de Joux y possédait une terre et des vignes attestées par une bulle papale datée de 1177.

A l’époque bernoise, Bremblens faisait partie de la seigneurie d’Aclens laquelle dépendait de la grande seigneurie de Cossonay. A l’extinction de cette famille, la seigneurie passa aux Colombier. Au XVIe siècle, elle fut transmise aux Alinge, puis par héritage à Bernard de Budé qui la vendit en 1675 pour la somme de 70’000 florins à la ville de Morges qui la conserva jusqu’à la révolution vaudoise de 1798. Cette seigneurie comprenait, outre Aclens, les villages de Romanel et de Bremblens. Elle était dotée d’une Cour de justice composée d’un châtelain et de douze justiciers. Il est intéressant de constater que des liens subsistent toujours entre ces trois villages et que les municipalités des trois communes se réunissent, encore à ce jour, au moins deux fois par année pour traiter des dossiers et projets communs ainsi que partager un moment de convivialité.

Village et population
L’église constitue sans doute le bâtiment le plus ancien de la commune bien qu’elle ait été largement remaniée au fil du temps. Le monument a dû être érigé vers 1100 environ et constitue une des rares églises de Suisse (avec celle de Saint-Sulpice) à posséder encore une voûte en plein cintre. Ses murs ont jusqu’à 1,10 m d’épaisseur pour résister à l’énorme poussée de ce type d’architecture romane. La nef a toutefois été agrandie et des fenêtres ont été percées dans les murs à l’époque moderne. Le clocher et la façade sont de style baroque et ont été transformés en 1809. L’actuelle coupole octogonale qui était en vogue au XVIIIe date de cette époque. La cloche a été fondue en 1873 à Vevey. L’aménagement intérieur du temple date des années 1926-1927.

La plus ancienne maison de Bremblens date quant à elle de 1592. Elle se situe à la rue du Village. Plusieurs bâtiments anciens – dont certains datent du XVIIe siècle – sont encore visibles dans le centre. Ces bâtiments ont échappé à l’incendie qui ravagea plusieurs maisons du village en janvier 1862. A l’exception de la rue du Pressoir qui comprend quelques bâtiments contigus, Bremblens est composé pour l’essentiel de fermes isolées les unes des autres sans que l’on puisse identifier un réel centre du village. Une des caractéristiques de Bremblens est également la présence de nombreux murets qui permettent tant de séparer les parcelles que maîtriser la déclivité du terrain naturel.

«Bremblens a su conserver son caractère rural.
C’est un village où il fait bon vivre, proche des commodités.»

L’actuel bâtiment communal, restauré en 1995, accueillait autrefois l’école, la salle du Conseil général, la Municipalité, un pressoir et la «passade» qui offrait le gîte et le couvert aux vagabonds. La petite boulangerie-épicerie située en face et aujourd’hui disparue avait pour tâche de leur fournir la soupe et le pain. On y trouvait aussi une pierre à moudre le froment et un four banal qui a subsisté jusqu’en 1948. Ce four avait solide réputation et c’est de là que les habitants de Bremblens doivent leur sobriquet de «Tâtris»: les mangeurs de tartes. Le réputé Café de la Forge et son jeu de quilles ont mis fin à leurs activités en 1958 en bas du village et la petite épicerie fermait en 1997. Le bâtiment de la laiterie a été démoli en 1996.

En 1970, le Conseil général s’est opposé à la création d’une zone d’immeubles locatifs, sauvegardant ainsi le caractère rural de Bremblens et favorisant plutôt l’implantation de villas.

D’une population de 107 habitants en 1764, 188 en 1900 puis 170 en 1970, Bremblens est ainsi passé à 358 habitants en 1990 pour dépasser les 600 à partir de 2021.

Une commune rurale et forestière
Aujourd’hui, Bremblens reste une petite commune agricole, viticole et maraîchère.

67% du territoire communal est constitué de terres destinées à l’agriculture ou à la viticulture. On y dénombre trois exploitations agricoles. Toutes élèvent du bétail et deux agriculteurs sont également viticulteurs. On trouve encore trois exploitations maraîchères sur le territoire communal qui ont des créneaux différents, qu’il s’agisse de grande distribution, de gastronomie ou des marchés hebdomadaires dans les villes avoisinantes. Si l’un vend aux particuliers sur internet, les deux autres exploitent également des marchés à la ferme connus loin à la ronde qui ont pris de l’ampleur depuis la crise du covid. La commune est propriétaire de plusieurs parcelles agricoles qu’elle loue aux exploitants installés dans le village. La commune possède également une parcelle de 2034 m2 de vignes exploitées par un vigneron de la région. Plantée de chasselas, de garanoir et de gamay, elle permet de produire une cuvée communale qui est mise en vente auprès des habitants.

20% du territoire de Bremblens est constitué de forêts dont un grand nombre sont propriétés de la commune. Chaque année, une souscription de bois de chauffage est proposée aux habitants de la commune. C’est également dans ces forêts que se trouve le refuge à disposition des habitants du village.

Activités économiques, artisanales et industrielles
13% des surfaces sont dédiées à l’habitat, aux infrastructures et aux autres activités économiques, notamment artisanales ou industrielles, dans deux zones distinctes: aux Corbes et au Moulin-du-Choc.

La zone artisanale des Corbes s’étend sur un peu moins de 4 hectares. On y trouve 25 entreprises regroupant diverses branches économiques: entreprises actives dans le domaine de la construction, garage automobile, magasin de sport et siège administratif d’un groupe de pharmacies indépendantes. Depuis peu, on y trouve également un atelier culinaire spécialisé dans les pâtes fraîches artisanales et la cuisine italienne qui peuvent être consommées sur place ou à l’emporter.

On l’ignore souvent, mais deux parcelles situées au nord de la commune de Bremblens, et représentant un peu plus d’un hectare, sont rattachées à la zone industrielle du Moulin-du-Choc directement attenante à la zone industrielle d’Aclens et de Vufflens-la-Ville. Une des parcelles appartient à un grand groupe de construction et accueille un spécialiste du pneu. L’autre parcelle, en bordure de la Venoge, est propriété de l’Association intercommunale pour l’épuration des eaux de Vufflens-la-Ville (AIEV) et accueille la STEP qui dessert les villages d’Aclens, Bremblens, Gollion, Mex, Romanel-sur-Morges, Vufflens-la-Ville et Saint-Saphorin-sur-Morges (commune d’Echichens).

A l’exception de l’ancien collège qui accueille un atelier de photographie et une boutique de robes de mariées, on dénombre peu d’activités économiques dans le centre du village qui reste plutôt dévolu à l’habitation.

Pas de bistrot mais une guinguette!
Bremblens est un des rares villages vaudois sans pinte! Qu’à cela ne tienne, une association de sept bénévoles exploite depuis janvier 2009 un débit de boisson appelé «La Guinguette» qui est ouvert tous les vendredis de 18h30 à 22h30 ou plus si entente... La Guinguette est également exploitée à d’autres occasions selon un programme élaboré au gré des envies et des idées des «guinguettiers». Cette initiative, soutenue par la commune, permet d’apporter un lieu de vie et de rencontre pour les habitants du village. Les bénéfices de l’exploitation sont reversés à des associations.

Projets et développement de la commune
Les capacités de la commune sont atteintes dans toutes les zones d’activité et il va être difficile, dans les années à venir, d’en poursuivre le développement. En matière de population, Bremblens a probablement atteint une sorte de plateau. S’il est possible que le nombre d’habitants augmente encore un peu dans les années à venir, la proportion de jeunes qui vivent encore chez leurs parents devrait plutôt induire une décroissance dans les années à venir.

Comme dans d’autres communes, la Municipalité travaille sur le plan d’aménagement communal qui devrait poser les lignes directrices des 15 à 20 prochaines années en matière d’aménagement du territoire. Le plan directeur de la distribution de l’eau ainsi que l’anticipation des problèmes induits par le changement climatique occupent également l’exécutif.

La Municipalité s’attèle aussi à la sécurisation des rues du village et reste très attentive au développement du contournement autoroutier de Morges qui devrait, selon les projets présentés il y a quelques années, passer en bas du village et apporter son lot de nuisances.

Discrètement construit à l’écart des routes, Bremblens a su garder un visage harmonieux. On y cultive vignes, céréales, fruits et légumes, mais aussi de solides amitiés. C’est donc dans cet esprit que la Municipalité veille au bien commun et s’efforce pour que la commune reste un havre de paix où il fait bon vivre.

Amener de l’eau à Bremblens un projet démesuré il y a 120 ans
Bremblens ne possédait pas de source. Après les sécheresses de 1893 et 1895 qui obligèrent la Municipalité à fermer les puits, la commune examina la possibilité d’acquérir une source dans les bois d’Apples. Après cinq ans de projet, Bremblens obtint l’autorisation de construire une conduite de 9 kilomètres pour alimenter le village.

Le 25 juillet 1902, à 13h15, le canon annonçait l’arrivée de l’eau à Bremblens pour alimenter trois nouvelles fontaines et la plupart des maisons. Une grande fête villageoise fut organisée les 10 et 11 août 1902 pour l’occasion.

Pour financer le projet, la commune dut emprunter 40’000 francs et vendre des droits d’eau qui profitent encore à plus de 40 propriétaires et à la commune d’Aclens. Depuis, le réseau communal a été interconnecté à celui de Lausanne.

Municipalité de gauche à droite: Louis-Henri Delarageaz, Yves Cornu (Syndic), Claude Jaunin, Pierre Jean Fessler.

Temple de Bremblens.

Fontaine de la rue de l’Eglise.

L'ESSENTIEL

Secrétaire municipale
Françoise Redaelli

Boursière
Clémence Grognuz

Séance de la municipalité
lundi à 18h

Conseil général
38 membres.

ADRESSES UTILES

Greffe
Rue du Pressoir 1, 1121 Bremblens

Heures d’ouverture
lundi: 9h-11h30 et 14h30-17h30
mardi: 8h-11h30 et 14h30-16h30
jeudi: 8h-11h30 et 14h30-16h30

Tél. 021 801 19 11
greffe@bremblens.ch
www.bremblens.ch

Poste de gendarmerie
Morges, tél. 021 557 90 21
en cas d’urgence: tél. 117

Service du feu
SIS Morget, tél. 021 801 65 55
en cas d’urgence: tél. 118.

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Syndic: Yves Cornu

Nom commune: Bremblens

Sobriquet des habitants:
Les Tâtris (les mangeurs de tartes)

District: Morges

Surface: 291 ha

Arrondissement électoral:
Morges

Nombre d’habitants:
606 (état au 25.07.2022)

Nombre de ménages: 226

Structure de la population:
86% de suisses
et 14% d’étrangers
(30% de mineurs)

Taux d’imposition: 68

Paroisses: Paroisse protestante de
Lonay-Préverenges-Vullierens
Paroisse catholique de Morges

Manifestations communales
Apéritif du Nouvel An
Fête nationale le 1er Août
Repas des aînés

Sociétés locales:
Aînés de Bremblens-Lonay
Jeunesse de Bremblens-Romanel
La Guinguette
La Ramîre
Le Jardin de la photographie
Pop’n’corn festival