Emil Frey - Leaderboard

Construction

Inauguration de la Maison de l’environnement

14.09.2021 / FAO n° 74

Inauguration de la Maison de l’environnement
La conseillère d’État Béatrice Métraux et son collègue Pascal Broulis, entourés des directeurs généraux Cornelis Neet (environnement à g.) et Philippe Pont (immeuble), au moment de couper le ruban.
Crédit photos: ARC - Jean-Bernard Sieber

Deux ans après le lancement des travaux, la Maison de l’environnement (MEV) a été inaugurée jeudi dernier à Lausanne. Le bâtiment, dont la construction s’est appuyée en grande partie sur des matériaux locaux illustre la volonté affirmée du Canton d’inscrire son action dans la durabilité et la protection du climat. C’est en effet la première fois en Suisse que la construction d’un complexe administratif de cette ampleur s’appuie sur du bois et de la terre crue.

Le conseiller d’État Pascal Broulis (bâtiments) a remis à sa collègue Béatrice Métraux (environnement) les clefs d’un nouveau bâtiment administratif qui accueillera dès octobre les quelque 180 collaborateurs et collaboratrices de la Direction générale de l’environnement (DGE), actuellement répartis sur cinq sites dans la région lausannoise.

La charpente et l’enveloppe extérieure de cet édifice de quatre niveaux ont été réalisées entièrement en bois. Plus de 4000 m3, majoritairement de l’épicéa, ont été prélevés dans les forêts cantonales puis assemblés dans différentes entreprises vaudoises. Le corps central est pour sa part composé de briques en terre crue contenant 95% de terre et 5% seulement de ciment. Ces éléments ont été produits par une entreprise installée sur la Côte, qui a développé un modèle exclusivement pour ce projet. La matière première a été prélevée dans plusieurs chantiers de la région, tous situés à moins de 20 km de la fabrique. Des pompes à chaleur géothermiques assurent le chauffage de la maison, et 400 m2 de panneaux solaires photovoltaïques sont installés sur son toit végétalisé. Des aménagements favorisant la biodiversité, dont une zone humide, verront également le jour à proximité immédiate du bâtiment. «La réduction des émissions de CO2 est désormais au cœur de la gestion du parc immobilier de l’État», a souligné Pascal Broulis. «Cette réalisation doit encourager les collectivités publiques à privilégier des modes de constructions alternatifs aussi souvent que possible», a relevé Béatrice Métraux, conseillère d’État en charge de l’environnement.

La construction de la MEV a respecté le budget initial de 18 millions de francs et l’usage accru du bois lui a par ailleurs valu le soutien de l’Office fédéral de l’environnement à hauteur de 150 000 francs. Le bâtiment bénéficie également de trois certifications environnementales et énergétiques (SméO, Minergie P-Eco, Nature et Économie). En parallèle à l’emménagement à la MEV, la DGE mettra en œuvre différentes mesures visant à renforcer l’exemplarité de l’État, parmi lesquelles un plan de mobilité.