Edition No 99
Mardi 10 Décembre 2019

Abonnement

Identification

Mot de passe oublié?
Edition No 99
Mardi 10 Décembre 2019

Abonnement

Prilly a tout pour plaire

En forme de cacahuète sur le flanc ouest de Lausanne, l’étroit territoire de Prilly semble devoir sonexistence aux hasards de l’histoire plutôt qu’à une longue maturation.

Parti de gueules et de sinople à la fleur de lis d’or brochant.

Dès le début du XXe siècle, une société de chant locale porta les couleurs verte et rouge sur leur insigne. En 1924, l’écu parti de gueules et de sinople était considéré comme armoiries officielles de la commune. En 1953, les autorités locales obtinrent de l’Etat l’adjonction d’une fleur de lis brochante d’or, empruntée aux armes de la famille noble Gimel, qui posséda la seigneurie de Prilly de la fin du XVe au milieu du XVIe siècle.

C’est bien à une ville que vous aurez affaire si vous décidez de nous rendre visite. 12’567 habitants pour un territoire des plus exigus de 2,2 km², cela donne une densité de 5712 habitants/km², et nous place sur le podium des communes vaudoises derrière Vevey et Renens ! Que cette forte concentration ne vous fasse pas peur, c’est au contraire ce panachage de zones résidentielles et de zones locatives qui fait de notre cité un lieu de vie où chacun trouve son bonheur. Ne dit-on pas que « l’on quitte Prilly pour y revenir plus tard ». Le développement urbanistique des quelques poches territoriales encore vierges de constructions (PPA Malley-Gare et PPA Malley-Viaduc) ou en réaffectation et développement (SICPA) va progressivement fixer notre population vers 14’000-15’000 habitants d’ici 5 à 10 ans.

Parmi nos atouts, en plus d’une qualité de résidence, on trouve des zones de détente fort diversifiées comme un refuge communal pour 50 personnes, une piscine en plein air dont la vue et le dégagement sont connus loin à la ronde, une autres couverte, des courts de tennis, des terrains de football, dont deux synthétiques, un centre de badminton ainsi qu’un tout nouveau Centre sportif (CSM) et sa « Vaudoise aréna » où se dérouleront bon nombre de congrès et de spectacles culturels ou sportifs. En matière environnemental, un label « Cité de l’énergie » et autres actions pour le développement durable et les économies d’énergie montrent la volonté très claire de nous préoccuper de notre climat et notre lieu de vie.

Le risque de cité-dortoir pourrait être réel si nous ne pouvions compter sur une multitude de commerces et de sociétés locales. Ces dernières, au travers d’activités sportives et culturelles les plus diverses, renforcent de manière prépondérante le lien social. En matière de divertissement, il y a toujours lieu de relever « Cinétoile », le multisalles de cinéma de Malley-Lumières, entièrement équipé en numérique et 3D, qui n’a rien à envier à son concurrent Europlex en matière de confort et de programmation.

Si nous sommes attractifs c’est également à notre tissu économique que nous le devons. C’est en effet, en plus des deux poids lourd BCV et SICPA, une myriade de PME et d’artisans qui s’activent sur notre territoire et apportent une part appréciable d’emplois et de ressources financières ... malgré la toute récente RIE3.

Autres de ces atouts : de multiples transports publics performants qui permettent aux habitants prillérans d’être reliés au réseau CFF grâce à la halte de Prilly-Malley, ainsi que, grâce aux TL, de se retrouver au cœur de Lausanne et à la gare CFF avec 6 lignes de bus et un tout prochain tram ou au CHUV avec le M2 ou encore sur les sites de l’UNIL et de l’EPFL avec le M1. De même, dans l’autre sens, les portes du Gros-de-Vaud vous seront ouvertes en utilisant le LEB avec une fréquence souhaitée de 15 minutes.

Vous l’aurez compris, le slogan « Prilly a tout pour plaire » n’est pas usurpé, et nous sommes fiers de le mettre en évidence. Pour finir, nous offrons une bouteille de notre excellent vin communal à qui pourra identifier le nombre d’habitants supplémentaires en 2019 depuis la parution de notre précédent article sur notre commune dans cette même FAO (à envoyer à greffe@prilly.ch). A vos archives et ... santé ! Alain Gilliéron, Syndic

La culture est plurielle dans ses expressions comme dans ses origines

A Prilly, l’apport culturel est d’abord porté par des sociétés locales : musique par l’Union instrumentale et son École de Musique ou la Société des accordéonistes, 7e Art avec le Ciné Festival de « Cinétoile », peinture avec des expositions au Château-Espace Equinoxe, mais aussi la bibliothèque. Et puis il y a, une fois par an, Fêtons Prilly : une belle occasion de rencontres intergénérationnelles avec des spectacles et de la musique. La Commune est dotée d’une Commission culturelle, « Prilly Animation », qui offre des concerts, des expositions, etc. à l’ensemble de la population.

Mais la Ville de Prilly est nécessairement en lien avec des organismes culturels intercommunaux : Le Fonds intercommunal de soutien aux institutions culturelles de la région lausannoise et le Théâtre Kléber-Méleau. La Municipalité s’engage dans chacun de ses organismes avec enthousiasme et beaucoup d’intérêt.

En faisons-nous assez ? Peut-être pas, mais l’essentiel, à savoir que le plus possible de Prilliéranes et de Prilliérans puissent s’engager dans des activités culturelles diversifiées et de qualité. Les cultures établissent des valeurs, comme un socle à partir duquel des manières de vivre en commun construisent du lien. Parlant de son art d’écrivain, Albert Camus disait : « L’art n’est pas une réjouissance solitaire, il est un moyen d’émouvoir le plus grand nombre d’hommes possible en leur offrant une image privilégiée des souffrances et des joies communes ». Avec tant de personnes engagées dans la culture à Prilly, c’est simplement à cela que nous tentons d’aspirer.

Une forte mixité sociale depuis de longues années

La population de Prilly est depuis de longues années caractérisée par une forte mixité sociale, que le tissu urbain reflète parfaitement puisqu’on y trouve de grands immeubles d’habitation ainsi que des quartiers de villas. Avec une telle variété d’habitants il est important de veiller à la qualité du lien social.

Le Service de l’enfance y est particulièrement attentif en proposant les diverses structures d’accueil que l’on retrouve désormais un peu partout dans le canton, tant pour les plus petits que pour les écoliers. Un accent y est porté sur l’intégration au travers d’un programme nommé Via Escola afin de faciliter l’entrée à l’école primaire aux enfants allophones, programme soutenu par le Bureau Cantonal de l’Intégration.

Le Service jeunesse axe son travail sur les liens de proximité avec les jeunes grâce à son équipe mixte composée entre autres de deux travailleurs de proximité et deux animateurs. Les activités proposées sont multiples et vont des centres aérés lors des vacances de Pâques et d’automne, des colonies, au soutien de projets de jeunes prillérans tels l’organisation de Battle de Break-dance, la création de films, de soirées thématiques ou de construction d’une locomotive miniature, de l’écriture de textes de rap à la construction d’un studio d’enregistrement. Tous ces projets sont menés avec et par les jeunes, sans perdre de vue que c’est par leur engagement dans ces activités collectives qu’ils apprennent la constance, l’autonomie, et développent leur créativité. Le Service jeunesse travaille également régulièrement avec le Centre social régional pour faciliter l’insertion de jeunes en décrochage professionnel. L’excellence de son travail est appréciée hors des limites du territoire communal, et le personnel du service est régulièrement amené à donner des cours et des ateliers à la Haute école d’Etudes Sociales de Lausanne. Une attention particulière a été également portée à Prilly, dès 2009, à la politique des Ages dans la création de trois Quartiers solidaires, désormais associations autonomes, avec l’aide de Pro Senectute Vaud. Les diverses actions menées sur le plan de la cohésion sociale à Prilly ont été distinguées en 2015 par le Prix « Ville en Santé » décerné par l’Union des Villes Suisses.

Le Temple de Broye, un bijou architectural et pictural

A la suite de l’effondrement, en 1763, de la première église dédiée à Saint-Martin et située au centre du village, un nouveau temple est construit à Prilly. Il doit son nom au ruisseau de Broye qui coule à l’arrière du bâtiment.

Le Temple de Broye, considéré comme un des chefs-d’œuvre des églises réformées vaudoises, a été construit entre 1765 et 1766 selon les plans de l’architecte Gabriel Delagrange (1715-1794) et sous la direction de Rodolphe de Crousaz (1710-1776), architecte « amateur » et seigneur de Mézery.

En 1926, lors d’une campagne de réfection au vu de l’état précaire du Temple, la décoration intérieure est confiée au peintre vaudois Louis Rivier (1885-1963). Il est notamment l’auteur de nombreux projets de vitraux (Cathédrale de Lausanne) et de fresques (Aula du Palais de Rumine et église St-Jean de Cour à Lausanne). L’acuité de son regard et la précision de son trait conduisent son œuvre vers une dimension photographique associant tradition et modernité selon les historiens de l’art.L’inauguration du Temple de Broye a lieu le 6 février 1927, et suscite émerveillement, surprise ou réticences. Le projet de Louis Rivier a nécessité l’aménagement d’une fausse voûte en remplacement du plat et c’est sur la totalité de la surface des murs et de ladite voûte du temple que se déploie sa vision d’une scène des Derniers jours dans une Jérusalem de rêve, où la foule des ressuscités acclame le Christ-Roi. L’art pictural ayant été banni de nombreux temples en raison d’un certain calvinisme, on ne pouvait imaginer retour plus spectaculaire. Imposante dans ses proportions autant que discrète dans sa notoriété, cette œuvre est un vrai hymne à la couleur, prolonge et illustre une tradition académique bien vivace dans le canton. En 2012, divers travaux de restauration extérieurs et intérieurs, dont le remplacement de l’orgue, ont été entrepris sous la supervision des Monuments historiques, le Temple étant classé comme monument d’intérêt national selon le recensement architectural du Canton de Vaud.

Le ruisseau de Broye

Ce cours d’eau prend sa source au-dessus de l’hôpital de Cery et coule à l’air libre à travers la forêt de Jouxtens-Mézery. Arrivé sur Prilly, il longe les jardins familiaux à côté du refuge communal, passe sous la route de Neuchâtel et la voie ferrée du LEB au carrefour de La Fleur-de-Lys, puis chemine à l’air libre dans le cordon boisé qui borde la piscine et le cimetière. D’importants travaux de renaturation ont permis de le remettre à ciel ouvert sur son tracé inférieur, le long de la route de Broye, au bas de laquelle il rejoint la canalisation qui le conduit, par-delà le Temple du même nom, jusqu’en territoire renanais où il conflue dans la Mèbre. Un projet prévoit de lui faire reprendre surface sur ce dernier tronçon avant qu’il ne s’engouffre dans le futur exutoire intercommunal pour amener ses eaux claires au Léman via la Chamberonne.

Autre symbole de Prilly, son vieux Tilleul, aujourd’hui disparu. Le président du Conseil communal Bize en séance du 16 juillet 1891 parle d’un « arbre historique que tout bon Vaudois tiendra à cœur de conserver au canton »1. Nul ne sait en quelle année il avait été planté, mais des écrits de 1854 indiquent que le contour du tronc, à un mètre et demi au-dessus du sol est de huit mètres ; il s’élargit ensuite vers le pied jusqu’à dix-sept mètres1. Malheureusement, creusé de toutes parts par d’énormes larves, ce géant est abattu en octobre 1913 ; il aura droit à un hommage funèbre lors de la séance suivante du Conseil. Il ne reste aujourd’hui plus de signe distinctif de son emplacement ; seul le chemin du Vieux-Tilleul évoque le souvenir de cet arbre vénérable.

1 Extraits du livre « Prilly à l’ombre d’un tilleul » du regrettéAndré Schertenleib

Piscine Fleur-de-Lys

Jeunesse

Temple de Broye

Ruisseau de Broye

L'ESSENTIEL

Municipalité, de gauche à droite : Antoine Reymond, Maurizio Mattia, Michel Pellegrinelli, Anne Bourquin-Buchi, Alain Gillièron (syndic), Joëlle Mojonnet (secrétaire municipale). Boursier : Alain Favre.
Séance de la municipalité:

lundi à 15 h 30.
Conseil communal:75 membres (5 partis).

Adresses utiles : Greffe: Rte de Cossonay 40.
Heures d’ouverture: du lundi au vendredi : 8 h -11 h 45 et 13 h30-16 h 30.
Tél: 021622 72 11. E-mail général : prilly@prilly.ch. Poste de police: tél. 021 622 80 00.
Service du feu: tél. 118.

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Syndic: Alain Gillièron

Nom commune: Prilly

Sobriquet des habitants : Lè Dèfreguelyi (les mal-vêtus)

District: Ouest lausannois

Surface: 2,2 km2

Arrondissement électoral:Ouest lausannois

Nombre d’habitants: 12’567

Nombre de ménages: 6298

Structure de la population :diversifiée

Taux d’imposition: 72,5 (dès 2020)

Paroisses:

Protestante de Prilly et Jouxtens-Mézery, Catholique du Bon Pasteur,

Complexe Culturel des Musulmans de Lausanne

Manifestations communales:Fête des écoles, Fêtons Prilly, Abbaye, Cap sur l’Ouest, programme annuel de Prilly Animation, thé dansant

Sociétés locales: Union des sociétés locales (USP) et autres sociétés sportives et récréatives - 3 associations issues de la démarche Quartiers

Autres: Centre sportif de Malley

2 piscines