Identifiant: Mot de passe:
Edition No 41 / Mardi 23 Mai 2017
Prangins / District de Nyon / Alphabet des communes
D’azur à trois dextrochères se serrant la main et mouvant les flancs et de la pointe, surmontés d’une tour, le tout d’argent.
Tous les éléments de ces armoiries se retrouvant déjà sur un sceau communal de la fin du XVII e siècle, plus symboliquement qu’héraldique: les trois mains jointes évoquent la réunion de Prangins, Benex et Promenthoux en une seule commune, comme l’annonce la devise en exergues. Au-dessus, une tour carrée au toit pointu rappelle sans doute l’ancienne église paroissiale de Prangins.
Syndic
François Bryand
Municipaux Martine Baud
Dominique-Ella Christin
Cyrille Perret
Violeta Seematter
Secrétaire Daniel Kistler
Boursière Brigitte Goestschmann
Nom de la commune Prangins
Adresse + tél. + fax La Place – case postale 48
Tél. 022 994 31 13 – Fax 022 994 31 11
Adresse e-mail greffe@prangins.ch
Coordonnées géographique 506880 / 138055
District Nyon
Arrondissement électoral Nyon
Superficie + altitude 1040 ha (y compris le lac)
609 ha (sans le lac)
420 mètres d’altitude
Communications, voies et moyens d’accès Route cantonale Genève - Lausanne
Transports publics Nyon - Prangins - Gland
Nombre d’habitants 4000
Nombre de ménages environ 1890
Communications Journal de La Côte – Journal des autorités
Classification de la commune 1
Taux d’imposition 56
Syndic Bryand François
Administration générale – Finances – Economie – Tourisme – Relations extérieures
Municipaux Baud Martine
Aménagement du territoire – Urbanisme – Police des constructions – Nouvelles constructions – Espaces publics
Christin Dominique-Ella
Energie – Environnement – Eaux –
Bâtiments communaux – Port
Seematter Violeta
Sécurité – Mobilité – Affaires sociales – Culture
Perret Cyrille
Ressources humaines – Voirie – Espaces verts – Routes – Travaux publics – Plage
Secrétaire municipal Kistler Daniel
Boursière Goestschmann Brigitte
Séance de la municipalité Lundi de 14h à 19h
Conseil communal 55 membres
Adresses utiles
Greffe
Heures d’ouverture
Tous les jours de 8h00 à 11h30 et de 13h30 à 16h30
Tél. 022 994 31 13 – Fax 022 994 31 11
Contrôle des habitants Tél. 022 994 31 20 – Fax 022 994 31 56
Lundi : 8h à 11h30
Mardi : 12h à 19h
Mercredi : 8h à 11h30
Jeudi : 8h à 11h30 et de 13h30 à 17h
Vendredi : 7h à 12h
Registre foncier Nyon
Etat civil Morges
Office du tourisme Nyon-Région-Tourisme – Tél. 022 365 66 00
Poste de gendarmerie + tél. Prangins : 022 994 31 19 (police)
Nyon : 022 557 54 21 (gendarmerie)
Service du feu Pierre-Yves Corthésy, major
Paroisse Nyon
Pistes Vita et piscine Pistes Vita à Trélex et à Gland
Piscine à Nyon
Curiosités Château de Prangins, siège romand du Musée national suisse
Manifestations communales 1er Août – Dîner des Aînés – Fête au Village – Accueil des nouveaux habitants – Accueil des nouveaux citoyens
Sociétés locales Aéroclub de la Côte – Badminton Club – Chœur mixte –Club Nautique – FC Prangins-Sport –
Gym Hommes – Gymnastique féminine – Prangins International Club – Société de Développement – Théâtre Amateur de Prangins – Union des Sociétés Locales – Société de Tir Duillier-Prangins
De gauche à droite : Cyrille Perret, Violetta Seematter, Martine Baud, François Bryand, Dominique-Ella Christin et Daniel Kistler (secrétaire municipal).
Au 1er plan, le Château - siège romand du Musée national suisse / en dessus à gauche: la Maison de Commune, dans l'ancienne ferme du Château et à droite: le Temple / en haut de la photo, au centre à gauche, le Collège La Combe - Les Places

Bref historique

Le territoire de la Commune est le résultat de la fusion des hameaux de Bénex et de Promenthoux avec Prangins, ce qui lui confère un très riche passé d’une belle continuité : néolithique sur les rives du lac à Sadex, romain à Bénex, médiéval sur tous ces sites. Celtes, Lacustres, Romains, Burgondes, Savoyards et Bernois sont tous passés à Prangins.

L’origine de la seigneurie de Prangins paraît remonter au démembrement du comté des Equestres au cours du XIe siècle. Elle s’étendait du Pays de Gex (France) à Mont-sur-Rolle (district de Nyon) et comprenait les châteaux forts de Mont-le-Vieux de Bioley, de Prangins et de Nyon.

Le plus ancien seigneur connu est Ulrich de Cossonay et de Prangins qui possédait à la fois les territoires de Cossonay et de Prangins. En 1293, après avoir mal choisi son camp, la maison de Prangins se vit dépossédée de toutes les seigneuries qu’elle possédait sur Vaud, après que l’armée lui eut ruiné ses forteresses.

La liste des détenteurs de Prangins est fort longue. C’est Louis Guiger, banquier, issu d’une famille saint-galloise, qui achète Prangins en 1724, fait raser le château médiéval et construire le château actuel. En 1814, il passe aux mains de l’ex-roi d’Espagne, Joseph-Bonaparte, qui acquiert aussi le moulin de Promenthoux, les Avouillons, les Abériaux, la Bergerie et quelques autres propriétés. Sous la pression de la France et des alliés, il dut quitter Prangins en 1815 pour se réfugier aux Etats-Unis. En 1827, il vendit toutes ses propriétés, qui auront plusieurs maîtres jusqu’à nos jours.

Les Cantons de Vaud et de Genève l’ont acquis en 1974 pour en faire don à la Confédération, qui décida de le transformer en une annexe du Musée national de Zurich ouverte en 1998. Le Château eut également pour propriétaire jusqu’en 1961 Mme McCormick de la famille des constructeurs américains des machines agricoles.

Au Moyen Age, Promenthoux était un village important, dont l’église, de même que celle de Prangins dépendait du couvent de Saint-Oyens (Saint-Claude dans le Jura français). Les marchés qui s’y tenaient causaient même du tort à ceux de Nyon. A la même époque, l’abbaye de Montheron possédait à Sadex un domaine viticole qui lui procurait un bon revenu, tandis qu’à Bénex c’était la commanderie de la Chaux de l’Ordre des Templiers, qui détenait un domaine important. Une vigne dite de La Chaux en a longtemps gardé le nom. Prangins est une Commune politique depuis 1861, dès 1368 selon un acte notarial. C’est de cette même année que date la vieille pièce des archives communales : une reconnaissance de dettes ! Comme quoi…

 

Une Commune où il fait bon vivre

Notre Commune, voisine de celles de Nyon, de Duillier et de Gland, sise entre l’ancienne voie romaine, devenue route de l’Etraz et le lac Léman, au pied du Jura et à proximité de grands centres urbains, jouit d’une situation géographique et d’un environnement naturel extrêmement privilégiés. C’est dans cet écrin que Prangins a passablement évolué au cours des siècles et particulièrement au cours des dernières décennies, passant d’un statut de commune rurale de moins de 1000 habitants dans les années cinquante, au rang de quatrième commune du district de Nyon, avec près de 4000 habitants.

La richesse de son histoire, que le Château, devenu le siège romand du Musée national suisse, contribue à faire revivre, est omniprésente. Mais notre village possède également d’autres atouts qui contribuent à offrir, à ses habitants et aux hôtes de passage, une qualité de vie en dessus de la moyenne. Sa plage de Promenthoux, son port et ses terrains de sport des Abériaux, son aérodrome, son centre historique, ainsi que son auberge, ses commerces, ses restaurants et ses hôtels de qualité, représentent autant d’infrastructures et de richesses patrimoniales que beaucoup nous envient. Prangins a également su attirer et garder quelques PME qui ont trouvé, dans notre Commune, un terreau favorable à leur développement, sans oublier le site de production et de recherche de Novartis, qui prolonge un lien presque centenaire entre notre Commune et le secteur pharmacologique.

A cela, il convient d’ajouter, grâce à l’implication des sociétés pranginoises, une vie locale particulièrement dense, renforçant au passage un tissu social à forte valeur ajoutée.

 

Un plan directeur

L’héritage est précieux et nécessite d’en prendre soin. Se pencher sur le passé, analyser le présent pour mieux appréhender l’avenir, tel est le défi que s’est fixé la Municipalité actuelle. En validant en automne 2012 son premier « plan directeur communal » notre village s’est doté de lignes et de références, destinées à guider son développement harmonieux pour les 20 ou 25 années à venir. Cette perspective nécessitera de résoudre de nombreuses problématiques en matière d’urbanisme, d’environnement, de mobilité sans négliger les aspects sociaux et économiques inhérents à chaque évolution.

Notre Commune n’échappera pas au développement important de la région et y participera. Elle entend cependant le faire en privilégiant l’équilibre entre une future extension incontournable et la densification de son territoire déjà partiellement construit, notamment par le renforcement des centres existants afin de préserver l’identité villageoise. Elle devra également maîtriser sa croissance démographique et l’accompagner d’équipements publics nécessaires à sa vie communautaire.

 

Une identité communale forte

Ces projets nécessitent des choix politiques que les autorités municipales souhaitent développer dans le cadre du principe d’autonomie communale en y associant ses habitants. A l’heure où de nombreuses fusions de Communes sont à l’ordre du jour, nous nous gardons de croire que l’identité communale se résume à une simple question géographique ou économique. Le travail des habitants et politiques réunis, leur contribution volontaire à la destinée du village renforce l’enracinement et l’identification de chacun à sa commune.

Le syndic