Edition No 92
Vendredi 16 Novembre 2018

Abonnement

Identification

Mot de passe oublié?
Edition No 92
Vendredi 16 Novembre 2018

Abonnement


Le Mont-sur-Lausanne / District de Lausanne / Alphabet des communes
De gueules au châtaignier arraché d’argent, brochant sur un mont à trois coupeaux du même, au chef du second.
Ces armoiries ont été adoptées en 1929. Par leurs émaux, la commune a voulu rappeler les anciens liens qui rattachaient autrefois le village à la bannière de la Cité de Lausanne. Le châtaignier, sur un mont qui rend les armes parlantes, évoque la place du même nom, caractéristique de la localité.
Syndic
Jean-Pierre Sueur
Municipaux Michel Odier
André Guex
Bernard Chabloz
Michel Amaudruz
Geneviève Hochstrasser
Jacques Marchand
Secrétaire Josika Freymond
Boursier Laurent Vial
Nom de la commune Le Mont-sur-Lausanne
Sobriquet des habitants Les pique-genièvre – Les brebis
Adresse + tél. + fax Rte de Lausanne 16
Tél. 021 651 91 91 – Fax : 021 651 91 92
Adresse e-mail greffe@lemontsurlausanne.ch
Coordonnées géographiques 536.520 / 155.800
District Lausanne
Arrondissement électoral Romanel
Localités groupées dans la même commune Les Planches – Le Grand-Mont – Le Petit-Mont – LaViane – La Naz
Ville jumelle Samedan (Grisons)
Superficie + altitude 980 ha / 702 m (moyenne)
Communications, voies et moyens d’accès A 1 : Genève – Lausanne – Yverdon – Berne A 9 : Vevey – Montreux – Valais
A 12 : Fribourg – Berne
TL ligne 60 : Lausanne – Montheron – Bottens – Froideville–
TL ligne 8 : Paudex – Bellevaux – Grand-Mont
TL ligne 22 : Lausanne – Clochatte
Nombre d’habitants 6210 habitants (au 31.12.2011)
Nombre de ménages 2659 ménages
Structure de la population 3040 hommeset 3170 femmes
< 16 ans : 669 garçons et 618 filles
Etrangers : 1436
Taux d’imposition 69 (2012)
Jour du marché Jeudi de 15h à 18h, place de l’Eglise
Syndic Sueur Jean-Pierre (dès 1998, syndic dès 2011)
Administration générale – Aménagement du territoire – Police des constructions
Municipaux Odier Michel (dès 1994)
Travaux – Routes – Collecteurs
Guex André (dès 1998)
Bâtiments
Chabloz Bernard (dès 2003)
Domaines et forêts – Déchets
Amaudruz Michel (dès 2006)
Finances – Informatique
Hochstrasser Geneviève (dès 2008)
Police – Ecoles – Cultes – Hygiène
Marchand Jacques (dès 2011)
Affaires sociales – Défense incendie – Protection civile
Secrétaire municipale Freymond Josika
Boursier Vial Laurent
Séance de la municipalité Lundi à 17h
Conseil communal 65 membres
Adresses utiles
Greffe
Heures d’ouverture
8h – 11h30 et 13h30 – 16h30
Autres services communaux Service des fiances – Services techniques – Contrôle des habitants – Police administrative
Registre foncier Lausanne
Etat civil Rue Caroline 2, Lausanne
Société(s)
de développement
M. Alexandre Cevey, président
Poste de gendarmerie Rte de Lausanne 16 – Tél. 021 316 55 71
Service du feu SDIS La Mèbre Cmdt Borgeaud Bernard
Paroisses Evangélique réformée – Région 3 – Les Chamberonnes –
Catholique de Saint-Amédée à Bellevaux (Lsne)
Loisirs Piscine du groupe sportif du Mottier – Terrains de sport du Châtaignier
Curiosité Borne de Dîme, classée monument historique en avril 1971
Manifestations communales Fête de mai – 1 er Août – Torrée – Jumelage – St-Nicolas
Sociétés locales Fédération suisse de gymnastique – FC Le Mont – Ordre de la Poele – Union instrumentale – Société de jeunese – Tennis-Club « Le Chataignier » – Volleyball-Club Le Mont – La Paroisse – La Diana – Scouts Groupe de la Croisée / Cugy - Le Mont – Pétanque – Paysannes vaudoises – Les Abbayes réunies– Ch œ ur mixte Echo des Bois – Société de développement – Skeet-Club Le Mont-sur-Lausanne – UPSL - Le Mont – Société de tir du Châtaignier – Société des lotos
De gauche à droite : Bernard Chabloz, Geneviève Hochstrasser, Michel Odier, Jean-Pierre Sueur, Michel Amaudruz, Jacques Marchand et André Guex

Commune située au Nord de Lausanne, d’une superficie de 980 hectares, et dont l’altitude moyenne est de 702 m (de 596 à 807 m), Le Mont-sur-Lausanne est entourée des Communes de Romanel à l’Ouest, Cugy au Nord et Epalinges à l’Est et Lausanne au Sud, sur l’axe principal que constitue la RC 501, route de Lausanne – route de Cugy, direction Estavayer-le-Lac.

 

Bref historique

L’histoire du Mont, selon les écrits, remonte au XIIe siècle, alors que l’Evêque de Lausanne, sous l’autorité des Ducs de Savoie, dominait la région. C’est au fil des siècles que quelques familles ont successivement contribué à fonder Le Mont : Les Corbaz, Amaudruz, Belet, Menétrey, Henny, Borgeaud, pour ne citer qu’eux et autres Bergier dont les ancêtres étaient Châtelains du Mont à la fin du Moyen Age restent, aujourd’hui encore familiers et, pour certains, actifs sur la scène communale.

Entre les XIXe et XXe siècles, parallèlement aux premiers balbutiements de leur organisation sociopolitique, les habitants assistent et participent à une réelle accélération de leur rythme de vie, cadencé notamment par la mise en service d’une ligne de « tram », en 1907, l’arrivée de l’électricité (1908 – 1910), l’aménagement de canalisations et l’essor des techniques agricoles. Les Montains doivent toutefois traverser la longue période des deux guerres et faire face à nouveau, quotidiennement, aux difficultés qui en découlent. La population d’après-guerre passe en dix ans, de 1400 habitants en 1950 à 1700 habitants en 1960, pour s’établir, en 2012, à près de 6250 habitants.

A l’aube des années nonante, les Autorités ressentent la nécessité de tout mettre en œuvre pour gérer au mieux la Commune et sa population en constante augmentation, raison pour laquelle elle construit un nouveau bâtiment administratif au lieu dit « En Crétalaison », en bordure de la route de Lausanne, prévu pour répondre aux besoins d’une population pouvant atteindre jusqu’à 10 000 âmes. Cette période est en même temps marquée par la légalisation en 1993, d’un Plan général d’affectation, basé sur les nouvelles données de l’aménagement du territoire du pays, prévoyant notamment des zones d’habitat groupé et de verdure, ce qui s’inscrit dans la droite ligne de la vocation d’expansion du Mont et devrait permettre à la Commune d’atteindre 8000 à 12 000 habitants dans les trente années à venir, tout en maintenant les espaces verts prévus.

 

L’Eglise – Les Paroisses

Dernière réalisation architecturale bernoise sur territoire vaudois, notre Eglise, telle que nous la connaissons aujourd’hui, a été édifiée en 1797 et entièrement rénovée en 2011. Une belle allée de marronniers rouges, mettent en valeur son chemin d’accès par leur ampleur.

Ce fut l’occasion, en date du 2 juillet 1997, de célébrer ainsi le 200e anniversaire de notre Temple, puis, à quelques mois près, soit le 23 novembre 1997, l’inauguration des nouvelles orgues.

Ce Temple constitue le lieu de rassemblement de notre population protestante, de la Paroisse Evangélique Réformée ; nos habitants de confession catholique se rendent volontiers à Lausanne, à quelques trois cent mètres de nos limites communales, où les accueille la Paroisse catholique St-Amédée Bellevaux.

 

L’instruction publique

Le Mont accueille quelque 700 élèves qui sont parfaitement « logés » au complexe scolaire et sportif du Mottier (piscine et salle de gymnastique), au collège du Grand-Mont, au collège des Martines et à Crétalaison.

En automne 2011, a débuté la construction du premier des trois nouveaux bâtiments prévus pour l’extension du site du Mottier. Leur mise à disposition des écoles s’échelonnera entre 2012 et 2015.

Les collaborateurs et collaboratrices du Service PPLS, Psychologie, Psychomotricité et Logopédie Scolaire, ont pris possession, fin janvier 2004, de nouveaux locaux parfaitement aménagés et résultant de la réfection d’un bâtiment compris dans le périmètre de la zone village du Grand-Mont.

En matière de scolarité, nous devons mentionner l’International School of Lausanne (ISL), école de langue anglaise accueillant les élèves dès l’âge de 5 ans. L’enseignement de l’ISL est complet et les élèves peuvent y obtenir la maturité internationale.

 

Service du feu

En séance du 26 juin 2000, le Conseil communal du Mont acceptait le préavis municipal relatif au projet de construction d’un bâtiment destiné au SDIS, Service de défense incendie et de secours, à la route du Jorat, en lieu et place de l’ancien battoir, délabré et instable, qui devait être démoli. Les travaux débutèrent en septembre 2000 et les hommes du Service du feu prenaient possession des locaux courant avril 2002. Depuis 2011, le SDIS du Mont travaille en collaboration avec les communes de Romanel et Cheseaux sous l’appellation SDIS La Mèbre.

 

Aménagement du territoire

Le Plan général d’affectation, légalisé en 1993, mentionne très précisément les 3 zones industrielles existantes : Budron, au Nord, en direction de Cugy, le Rionzi-Maillefer, en limite Sud, en bordure du territoire lausannois, la Clochatte à l’Est et la Viane, à l’Ouest, du côté de Romanel. Le développement des constructions sur territoire communal du Mont comporte d’importantes surfaces destinées à de l’habitation individuelle ou à de l’habitat groupé, étant précisé que 450 hectares sont tout de même dévolus au maintien d’un secteur agricole et maraîcher qui suscite encore de l’activité et des vocations dans la localité. Bon nombre de maraîchers se retrouvent régulièrement sur les places de marchés lausannois, à la satisfaction des citadins qui trouvent ainsi à s’approvisionner en produits frais et du pays.

 

Le remaniement parcellaire

Dès 1982, la Municipalité décide de la mise en œuvre d’un Syndicat de remaniement parcellaire à péréquation réelle, première expérience de ce genre dans le canton, et ayant pour objectif de préserver le caractère tant agricole que résidentiel de la Commune.

S’agissant de l’application du principe de l’égalité de traitement entre les citoyens, le remaniement parcellaire à péréquation réelle doit permettre de disposer aussi bien de portions de terrain à bâtir que de zones agricoles, soit environ 430 hectares réservés à la construction, pour 400 hectares de terrains à cultiver entre une quinzaine d’exploitations agricoles, et 150 hectares de forêt. Répartir la concentration de ces terres différemment, qui plus est de façon aussi équitable que possible, reste le problème majeur, sans oublier qu’une large part du territoire communal demeure réservée au secteur secondaire.

Renonçant à évoquer les diverses phases et péripéties qui ont jalonné cette démarche de 30 années. Nous nous trouvons actuellement en phase finale par la mise à l’enquête publique du nouvel état et du dernier plan de quartier.

 

Les Sociétés locales

Quelques dix-huit Sociétés locales offrent à notre population jeune et moins jeune, toutes possibilités de participer à des activités sportives, culturelles et de loisirs. La dernière en date, la Société de pétanque, dont les installations ont été mises en service début juillet 2000, connaît un réel succès.

 

Jumelage

En automne 1999, le Forum Helveticum, conjointement avec l’Association des communes suisses et l’Union des villes suisses proposaient d’établir des partenariats, voire des jumelages entre des communes ou des villes de différentes communautés linguistiques de notre pays. La Municipalité a d’emblée adhéré à cette démarche, plutôt que de chercher un partenaire « étranger ». La Commune de Samedan, en Haute-Engadine, a donc été choisie et un premier contact a eu lieu début novembre 2001, la Municipalité grisonne étant en déplacement dans le bassin lémanique. L’Exécutif montain s’est également rendu à Samedan, début octobre 2002, afin de convenir d’une manifestation permettant d’officialiser ce jumelage. C’est donc début juillet 2003 que nous avons pu associer notre population, ainsi qu’une importante délégation de Samedan, à la commémoration du 200e anniversaire de l’entrée du Canton de Vaud dans la Confédération, – et également du Canton des Grisons, – à la traditionnelle Fête bisannuelle des Abbayes Réunies, et à la Cérémonie du Jumelage avec notamment la signature d’une Charte.

 

Le Mont-sur-Lausanne, terre d’accueil

Il est vrai que notre territoire communal abrite, non sans quelques satisfactions, de nombreuses associations et fondations du secteur médico-social : le Home Chez Nous, la Fondation Renée Delafontaine, la Fondation des Oliviers, la Maison d’enfants La Feuillère, ainsi que le Centre administratif de Transport Handicap Vaud.

L’EMS La Paix du Soir, au ch. de Longeraie, a réalisé un nouveau complexe pour l’accueil de 78 résidants, la priorité étant accordée aux personnes domiciliées au Mont ou ayant de la famille dans la localité, puis ensuite aux habitants des communes du Nord lausannois, Cugy, Morrens, Bretigny, Froideville, etc. Des appartements protégés complètent harmonieusement le site de l’EMS.

Socialement parlant, nous offrons également à notre population un Centre Médico-social, auquel sont adjoints les Services d’aide à la famille et des bénévoles ; un réseau de Mamans de jour. Mentionnons également diverses garderies, en ZI de Budron, le Children Palace, Les P’tits-Loups, la halte-garderie « Les Mouflets » ainsi qu’un Atelier d’expres­sion libre.

 

Conclusion

Proche de la capitale, rattachée au Schéma Directeur Nord Lausannois, directement concernée par les lourds dossiers que sont l’agglomération, notre Commune tient à conserver son caractère villageois en offrant à ses habitants, anciens, nouveaux et futurs, un cadre de vie des plus agréables, tout en proposant le confort et les commodités de la ville proche.

C’est toute la réflexion que nous menons. Ce n’est pas pour dire que l’on va sacrifier les intérêts montains aux intérêts d’une politique régionale, mais elle permettra d’intégrer notre Commune dans l’agglomération sans qu’elle n’y perde ses particularismes.

Le syndic