Identifiant: Mot de passe:
Edition No 87 / Vendredi 31 Octobre 2014
Rennaz / District d’Aigle / Alphabet des communes
Coupé de sable et d’or, au renard de gueules rampant et brochant.
Faisant partie autrefois de Noville, Rennaz s’en sépara pour former une commune distincte. Ses armoiries ont été adoptées en 1931. Elles ont repris les émaux d’Aigle, chef-lieu du district, sur lesquels broche un renard, qui rappelle le surnom des habitants de la localité.
Syndic
Charly Monnard
Municipaux Willi Bachmann
Samuel Branche
Gérald Dumusc
Pierre Henri Legeret
Secrétaire Brigitte Vogel
Boursière Marie-Noëlle Fahrni
Nom de la commune Rennaz
Sobriquet des habitants Les Renards
Adresse + tél. + fax Route d’Arvel 10 – 1847 Rennaz
Tél. 021 960 19 39 – Fax 021 968 16 27
Adresse e-mail administration@rennaz.ch
Coordonnées géographique 560.000 / 136.100
District Aigle
Arrondissement électoral Aigle
Superficie + altitude 216 ha – 378 m
Communications, voies et moyens d’accès Poste : Vouvry–Villeneuve
TPC : Villeneuve–Aigle
Nombre d’habitants 731
Nombre de ménages 340
Structure de la population Suisses : 496 – Etrangers : 255
Hommes : 382 dont 77 de 0-15 ans
Femmes : 369 dont 69 de 0-15 ans
Taux d’imposition 63,5 %
Syndic Monnard Charly (dès 2012) – (municipal dès 2004)
Administration – Finances
Municipaux Bachmann Willi (dès 1991)
Déchets – Eaux – Egouts – Epuration –
Parcs et jardins – Travaux publics
Branche Samuel (dès 2011)
Affaires sociales – Aménagement du territoire – Police des constructions – Santé – SAF Fourches
Dumusc Gérald (dès 2006)
Bâtiments – Cimetière – Forêts – Routes
Legeret Pierre Henri (dès 2012)
Cultes – Ecoles – Police – Protection civile – Défense incendie
Secrétaire municipale Vogel Brigitte
Boursière Fahrni Marie-Noëlle
Séance de la municipalité Mardi à 18 h
Conseil général 3 à 4 fois par année
Adresses utiles
Administration communale
Heures d’ouverture
Tous les jours de 7 h à 11 h 30 et de 13 h 30 à 16 h, sauf le jeudi
Autres services communaux Contrôle des habitants et bureau des étrangers :
lundi de 7 h 30 à 11 h et de 18 h à 19 h 30
Registre foncier Aigle
Etat civil Vevey
Office du tourisme Villeneuve
Poste de gendarmerie + tél. Villeneuve : Tél. 021 557 87 91
Rennaz : Tél. 021 557 88 21
Service du feu SDIS du Haut-Lac
Nicolet Florent – Capitaine – Tél. 079 826 42 29
Paroisses Protestante de Villeneuve et environs
Catholique de Roche - Chessel - Noville - Rennaz
Manifestations communales Fête au village tous les 3 ans – 1er Août
Sociétés locales Montreux-Rennaz Cyclisme
Phœnix Hockey-Club
De gauche à droite : Samuel Branche, Pierre Henri Légeret, Charly Monnard, Willi Bachmann, Gérald Dumusc

Coupé de sable et d’or, au renard de gueules rampant et brochant. Les autorités de la commune choisissent ces armoiries en 1931 après avoir rejeté un projet avec deux grenouilles. Celui-ci, bien qu’étymologiquement correct ne séduit personne. Le renard, sobriquet des gens de ce coin de pays l’emporte largement.

La Commune de Rennaz, créée en 1834, est issue de la scission d’avec les villages de Noville et Crebelley. En 1476 déjà, ces trois villages s’étaient séparés de Villeneuve pour former la Commune de Rennaz Noville.

En 1834, le hameau de Crebelley doit choisir entre Noville et Rennaz. Une votation historique... Des électeurs sont empêchés d’exercer leurs droits civiques par différentes méthodes pas très catholiques ! L’alcool et quelques bonnes serrures jouèrent, paraît-il, les premiers rôles. L’histoire retiendra seulement que Noville fut choisie pour une voix. La population du village, alors essentiellement agricole, passe tranquillement de 99 habitants en 1764 à 222 en 1980.

A la fin des années huitante, vivre à la campagne n’est plus un handicap, mais un avantage. Le village grandit plus vite. On passe à 368 habitants en 1990 et à 731 aujourd’hui. Comment expliquer une telle augmentation? Près du lac, près des montagnes, près des surfaces commerciales, près du travail, près de la ville, près de l’autoroute. A peu près tranquille...

Bien sûr le village a changé. Il n’y a plus d’agriculteur avec du bétail. Des maisons villageoises ont remplacé quelques fermes et la zone villas est presque entièrement construite.

A Rennaz, on travaille plus qu’on ne dort ! En effet, nous comptons beaucoup plus de places de travail que de travailleurs, même si ceux-ci sont extrêmement mobiles.

Des restaurants connus loin à la ronde, des garages, de l’artisanat, de la petite industrie, un centre commercial, des entreprises agricoles et maraîchères, le centre d’entretien et la police de l’autoroute, un McDonald’s et un commerce d’articles érotiques sont les principaux employeurs de la commune. En outre, une importante entreprise de jeux et de divertissement s’est installée dans la nouvelle zone des Fourches en 2012.

Pour ce qui est du patrimoine construit ancien, il ne reste pas grand-chose à part le Château du Grand Clos, splendide maison de maître avec dépendances, agrémentée par un verger au nord et un grand parc ombragé doté d’une pièce d’eau ronde au sud. Construit d’après le projet de François Franque et livré en 1764, Grand Clos a hébergé, au temps de sa splendeur, quelques hôtes illustres, invités pour la plupart par le banquier Scherrer, l’heureux propriétaire du moment.

Aujourd’hui, après quelques décennies sans beaucoup d’entretien et plusieurs changements de propriétaires, il manque la volonté de lui redonner son éclat et son charme d’antan. C’est un souci pour la Municipalité.

La chapelle du village, dessinée par l’architecte Edmond Fatio en 1901, est inaugurée en août 1902 déjà. Quoique modeste, l’église de Rennaz n’en est pas moins un témoin très parlant de la réaction qui caractérise l’architecture suisse autour de 1900.

Encore plus récente, la maison de commune est construite en 1988. Cinq appartements occupent le bâtiment, au-dessus de l’abri de protection civile de plus de 300 places.

Les bureaux communaux ont été agrandis en 2006, car la poste a quitté le village en 2003, suite à la restructuration de la Régie fédérale.

En 2010, le collège a été rénové et une grande salle créée. Elle est à disposition des habitants.

La Municipalité a profité, suite au chantier d’installation du séparatif et de remise à neuf du réseau d’eau, de redonner au village, et en particulier à sa route principale, une convivialité qui n’attend plus que les travaux de réaménagement des routes liées à la récente création de la H144 Rennaz– Les Evouettes.

On peut vivre à Rennaz sans voiture. La poste nous relie à Villeneuve et à Vouvry plusieurs fois par jour. Depuis quelques années, la ligne de bus des TPC Villeneuve–Aigle nous permet de rallier ces deux villes et leurs gares toutes les heures.

Malgré cela, le parcage reste un de nos soucis prioritaires. Un règlement communal sera présenté à notre Conseil général dans les prochains mois.

Si Rennaz ne compte aujourd’hui que deux sociétés locales sportives, de cyclisme et de hockey, soit :

– le Vélo-Club Rennaz, qui s’est « marié » à celui de Montreux pour former une entité reconnue sur le plan national sous le nom de « Montreux Rennaz Cyclisme », qui entraîne une meute de jeunes aux dents longues sous la houlette de ses deux présidents, Gérald Dumusc et Joël Suter, est la preuve qu’un club régional peut engendrer des noms de sportifs reconnus, tels que Julien Taramarcaz et Arnaud Grand.

– le Phoenix Hockey-Club.

Beaucoup de ses habitants font partie des sociétés des communes voisines.

Noville, Roche et Villeneuve accueillent – dans leurs clubs de football, ski-clubs, tennis, pétanque, sauvetage, gymnastique, fanfare et j’en oublie – bien des « Renards ».

L’entrée dans le troisième millénaire a donné un coup de fouet à de grands projets de notre commune et de notre région.

La route H144, route prioritaire au désengorgement de la basse plaine du Rhône, a été inaugurée en 2012. Il a fallu exactement 100 ans pour réaliser ce projet.

La Commune de Rennaz termine la construction d’une caserne intercommunale pour les 5 communes du cercle, après une fusion des corps de sapeurs-pompiers de Villeneuve, Chessel, Noville, Roche et Rennaz.

La construction de l’hôpital intercantonal sur notre territoire a commencé par la démolition des bâtiments destinés à lui laisser la place sur le site de la Grange des Tilles. La mise à l’enquête a suscité des oppositions qui devront être gérées ces prochains temps.

Il n’y a pas d’hôpital HRC sans canal de Pra-Riond, pour permettre l’évacuation des eaux claires. En parallèle à la mise à l’enquête de l’hôpital, un nouveau canal va être construit avec un nouveau quartier d’habitations, dans la partie nord-ouest du village, avec environ quatre cents nouveaux habitants.

De plus, entre l’hôpital HRC et le village, une zone para-hospitalière va être remise à l’enquête prochainement.

N’oublions pas la fin des travaux du syndicat des Fourches, après 18 ans de procédure, avec la création de la zone industrielle et artisanale de La Jonnaire sur la Commune de Rennaz. Zone qui accueille actuellement de nouvelles entreprises. Un important projet va voir le jour dans cette zone.

Comme vous pouvez le constater, Rennaz vit une mutation profonde qui dérange aussi certains de nos habitants, habitués à un village tranquille. On peut les comprendre et tenir compte de leur point de vue.

Fusion des communes ! Ça c’est un dossier chaud ! Nous collaborons avec les communes voisines dans de nombreux dossiers (écoles - pompiers, eau potable, eaux usées, syndicat AF Les Fourches, URBB, etc.), mais fusionner : c’est un autre discours !

Rennaz a ouvert la porte et attend le miracle ! A force de crier dans le désert, on nous entendra !

Rennaz a une taille critique trop faible et a de la peine, suite aux ponctions scandaleuses cantonales de la péréquation, à faire face à ses engagements futurs.

Que faire? Trouver de nouvelles sources de financement, en encourageant entre autres les nouvelles entreprises qui s’établissent à Rennaz à y déposer leur siège social.

En conclusion, Rennaz, petit paradis, doit rester fidèle à elle-même. Dialoguer avec la population pour plus et mieux expliquer ce qui se passe. Intégrer les nouveaux habitants pour éviter un village dortoir.

La Municipalité, sans couleur politique, vit ces événements exceptionnels dans un climat serein et constructif, appuyée par un Conseil général positif.

Le Syndic